Baignade sous le Couchant... {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

EX. Saphira 1

avatar



Féminin
Nb de messages : 11

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Dim 14 Nov - 22:18

    La journée avait été absolument magnifique, dans ce monde mystique et ancien, emplis de secrets et de mystères, qu'autre-fois on appelait l'Alagaësia, et le grand-cercle-chaud-aveuglant commençait lentement à décliner, après avoir terminée sa longue course céleste quotidienne à travers les cieux-bleus-d'azur où il régnait en compagnie des oiseaux et des dragons, disparaissant petit à petit derrière les grand-piques-pointus-infranchissable-montagnes de l'Ouest qui masquaient la ligne d'horizon, la lumière de ses rayons dorés et chauds baissant petit à petit. Bientôt, alors que cette grande-boule-de-feu se serait totalement couchée dans son nid de l'infinie-noir-brillant-d'argent, elle laisserait leur place légitime à une multitude de magnifiques petits-diamants-lucioles-étoiles, réunies en constellations, qui observeraient les mortels depuis leur perchoirs sombres et sembleraient rires de simplicité, de leur taille ridicule comparé au reste du grand-vide-inconnu-univers. Et le monde serait alors dominé par l'oeil géant d'une grande-boule-argentée-pleine-lune, aussi ronde et brillante que le cratère d'un volcan. Déjà, les animaux qui vivaient durant les temps de lumière couraient chacun de leur coté, regagnant leur terrier, leur nid, leur caverne, ou tout simplement se cherchant un abri-chaud-sec-confortable et sûr pour passer la nuit, afin de replonger dans le monde de leurs songes, un monde qui n'appartenait qu'à eux-seul, et qui était le plus souvent merveilleux, un monde où absolument tout ce qu'ils désiraient pouvaient leur arriver, ou alors, au contraire, où il pouvait leur arriver les pires mésaventures à travers leurs cauchemars. Au même moment, bien qu'on ne puisse pas encore les observer, les autres petites bêtes qui elles, n'appréciaient pas les rayons-chauds-aveuglants du soleil, et préférés ceux plus frais de sa soeur d'argent, commençait doucement à passer les portes de leur propre monde du sommeil, car ils savaient que bientôt, ils pourraient reprendre ceux qu'ils appelaient leur propre "quotidien", un quotidien fait de rencontres, de combats, de chasses,... d'amour. Cependant, malgré l'heure qui commençait tout doucement, mais surement, à se faire tardive, toutes les créatures qui dormaient durant la période nocturne du monde fantastique à travers lequel nous vivions n'étaient pas encore décidés à se laisser emporter par le marchant de sable, ils n'étaient pas encore décidé à regagner le lit-tendre-moelleux et à demander à leur univers-conçu-de-leurs-rêves de leur ouvrir sa porte. Si on faisait un petit tour en direction des eaux claires et cristallines de la grande-flaque-lac de Léona, sur les beaucoup moins claires Terres Dévastées, par exemple, il était possible de voir la preuve de ce que j’avançais...
    Saphira, une jeune et majestueuse dragonne, aux écailles aussi brillantes-bleues-profondes et resplendissantes que des saphir, qui lui faisaient si bien porter son nom, faisait partie de ceux qui n'était pas du tout fatiguée, bien qu'elle soit une dragonne diurne, et pour tuer le temps, elle s'était d'ailleurs fait le voyage depuis le lieux où son compagnon-d'âme-et-d'esprit-dragonnier et elle avaient élus domicile pour se faire un petit plongeon dans le fameux lac. Ça faisait environ une bonne trentaine de minutes qu'elle s'était submergeait sous le corps-liquide-transparent des flots, et qu'elle sprintait entre les petites-plantes-vertes-marines-algues et les rochers que le contact du milieu aquatique et des courants-marins-rapides-dangereux avait au fil des années remodelé pour leurs donner des formes rigolote, mais auxquelles il valait mieux éviter de trop se frotter, car elles pouvaient êtres parfois tranchantes. Non, ne vous inquiétait pas, si vous songiez à ça : elle ne manquait absolument pas de souffle et ne risquait pas de se noyer. Il ne fallait pas oublier que les lézards-géants-cracheurs-de-feu de sa race restaient malgré tout des reptiles, et de ce fait, ils étaient capables de retenir leur souffle assez longtemps, que ce soit à l'air libre comme en milieu marin. Ses écailles étaient doucement caressaient par l'eau et son sang reptillien protestait légèrement sous le contact qu'il ne trouvait pas très agréable du liquide trop frais. Mais le feu-qui-ronflait-à-l'intérieur-de-son-ventre rétablissait l'équilibre et lui permettait de profitait de cette douce baignade sans risquer l'hypothermie. Utilisant ses pattes pour se propulser et sa queue tel un dirigeur-de-bateau-gouvernail pour se diriger, à la façon de ses très lointain cousins, les crocodiliens, elle s'enfonçait de plus en plus dans les profondeurs sombres-silencieux-effrayants du lac et y évoluait sans rencontrer le moindre obstacle, la moindre résistance assez puissante pour repousser un dragon. De temps en temps, un petit-respireur-d'eau-poisson, noir, rouge, vert, bleu, ou même parfois de plusieurs couleurs différentes, avait l'imprudence de s'approcher d'elle d'un peu trop près, se demandant sans doute quel était ce drôle de monstre qui n'avait il semblait rien à voir avec leur monde humide de silence et qui pourtant nageait sans difficulté sur leur territoire... la chasseresse-de-saphir en profitait à chaque fois pour se remplir petit à petit la pense, même si ce n'était pour elle que des amuses-bouches, et l'animal marin n'avait jamais ni le temps d'avoir sa réponse, ni même le temps de comprendre qu'il était mort, alors qu'il disparaissait dans un sec et vif claquement de mâchoires. Trois petites bulles s'échappèrent de ses naseaux refermés par une fine-transparente-couche-membrane de peau naturelle, qui était censée la protéger contre l'eau qui s'infiltrait à l'intérieur de ses voies respiratoires. Elle comprit rapidement que c'était le signe, avec le petit picotement qu'elle avait au ventre, que ça y était, elle commençait un peu à manquer d'air et qu'il était temps de remonter. Elle déplia alors ses deux longues et larges instrument-navigateurs-de-vent-ailes, membraneuses comme celles d'une chauve-souris, et battit puissamment comme elle l'aurait faite si elle s'était retrouvée dans les airs, ou si il s'était s'agit d'ailerons, remontant en chandelle à la même vitesse qu'une flèche-vive-frelon-qui-pique d'elfe accompagnée par le vent, quittant les fonds marins que peu de personne avaient déjà réussis à visiter.
    La façon de jaillir ainsi du lac de la dragonne n'était pas sans rappeler quelques anciennes-oubliée-effrayantes-légendes qui planaient au dessus de ce pays mythique, parlant de monstres aquatiques légendaires qui guète les voyageur égarés dans des lac tels que celui-ci, ne faisant dépasser des eaux que son longs coup écailleux et sa tête de reptile, tel un serpent géant. Lorsque cette infime partie d'elle-même se retrouva à l'air-humide-frais-d'automne-libre, alors que le reste son corps restait submergé et l'aidait à maintenir son visage hors du lac Léona, semblant émerger d'une explosion-feu-d'artifices-de-gerbes-aquatiques, le premier reflex de la dragonne fut de faire survoler ses yeux, semblables à deux gros morceaux de saphir posés là, d'un bout à l'autre de la rive qui l'entourait, à la recherche de celle qui était la plus proche et la plus accessible. Elle ne tarda pas à la repéré, à quelques mètres sur sa droite. Avec une lenteur calculée, elle se mit à nager dans cette direction, créant autour d'elle de mini-vaguelette-ondes-aquatiques qui semblaient fuir le passage de la puissante-chasseresse-azur pour partir s'écraser contre les rochers ou disparaître vers le centre sombre de la grande-flaque-lac. Les quelques derniers rayons du couché de soleil vinrent frapper ses écailles, lui chauffant la nuque agréablement et faisant naître autour d'elle une lumière bleuâtre et de petits rubans-mirages-multicolores-arc-en-ciel. La lumière n'était pas vraiment très forte, mais pour tout dire, elle s'en fichait, parce que même s'il avait fait nuit noire, son regard aux pupilles-de-chat-verticales était capable de percer les ténèbres, et elle serait capable d'y voir comme en plein jour alors que d'autres créatures n'y verraient pas plus loin que le bout de leur museau. Lorsqu'elle arriva enfin près du rebord, elle sortie alors la partie supérieur de son corps, et s'installa sur le sol rocheux, les pattes-avants croisées, et celle de derrières ainsi que sa queue continuant à faire des aller-retour sous l'eau, gigotant librement au grès des courant-invisible-lent-marin. Elle s'ébroua un grand coup, faisant voler de nombreuse gouttelettes-pluie-de-lac autour d'elle, avant de poser son menton sur ses pattes... puis finalement Saphira resta ainsi, dans cette position, à observer l'horizon où un demi-cercle-de-feu-jaune-orange continuait petit à petit à baisser. Admirant le magnifique spectacle que lui offrait le couché du soleil, la dragonne pénétra rapidement dans un état de demi-sommeil... elle ne dormait pas vraiment, mais le regards perdu ainsi dans le vague, elle laissa son esprit-ancien-enfantin vagabonder hors de son corps, et voyager à travers le pays de ses souvenirs, de ses rêves, de son imagination... elle se souvenait de la première-fois qu'elle était venu ici, un jour où elle et son frère-d'âme-Eragon n'avaient pas encore entièrement perdu leur innocence. Elle n'était encore même pas capable de souffler la moindre flammèche-brûlante-dormant-dans-son-ventre. Eragon et elle avaient joués ensemble, ce jour-là, ils s'étaient baignés tout les deux... mais aujourd'hui, la grande reine-reptile-bleue avait dû venir toute seule. Son dragonnier disait qu'il avait trop de responsabilités pour venir jouer avec elle.
    La dragonne laissa échapper un long soupir. Elle regrettait l'ancien-passé-pas-si-lointain où ils avaient encore un ennemi à combattre. L'époque était dure, mais au moins, son petit-homme-qui-l'avait-fait-éclore passait du temps avec elle. Maintenant, il passait ce fameux temps à enseigner à la nouvelle génération, comme elle, et lors de ses rares temps libres, il passait son temps à lire des documents et à faire des réunions-longues-ennuyeuses-inutiles. En fait, Saphira commençait à penser, même si tout au fond de son coeur-bâtant-normal et de son coeur-des-coeurs-pierre-brillante, c'était faut, qu'Eragon prenait tellement gout au pouvoir qu'il commençait à aimer celui-ci plus qu'elle. Il y avait même des fois, en voyant sa façon adulte-mais-pas-encore-mature d'agir face à ses nouvelles responsabilités, où elle avait peur qu'il soit en train de se transformer en un nouveau roi-traître-tyran-briseur-de-serment-et-voleur-d'oeufs tel que l'était autrefois le terrible Galbatorix...

_________________

{ = Que le Vent Gonfle Vos Ailes...
... et Que Vos Lames Restent Acérées = }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon Snow

avatar



Masculin
Nb de messages : 22

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Sam 20 Nov - 16:49

Marian Cross, l'ancien chercheur surdan se promenait aux portes de la ville de Dras Leona, du temps de Galbatorix cette citée était connue pour autoriser l'esclavage et la religion cruelle qu'en pratiquaient les prêtres. Il n'était pas encore entré dans la ville et n'en avait pas franchement l'intention, il n'était pas venu faire du tourisme.

Il a effectivement déserté l'armée du Surda parce que la découverte de ses recherches pouvait lui coûter très cher mais là n'est pas la cause première de son départ. Il a parfaitement cerné le personnage de Gabriel et se défie de lui, il ne sait pas exactement ce qu'il prépare mais il est prêt à parier que ça n'annonce rien de bon pour le pays et ses habitants.

Cross s'est engagé pour servir son peuple et pas un prince à l'ambition démesurée dont la seule préoccupation est sa soif insatiable de pouvoir, l'ntérêt du Surda et de son peuple lui importe sans doute bien peu.

Lui même n'est pas un exemple de bienséance loin de là, mais il n'empêche que malgré les apparences il a à coeur le bien de son pays natal. On a coutume de dire qu'il ne faut jamais se fier aux apparences et bien dans la situation présente c'est l'illustration parfaite de ce propos.

L'homme à la flamboyante chevelure rousse s'approcha du lac Léona et y vit une chose quil l'interpella, un grand dragon aux écailles de saphir emmergea du lac. Il ne put que reconnaitre Saphira, la dragonne d'Eragon le nouveau roi d'Alagaeisa. Sans savoir lui même vraiment pourquoi il était heureux de la présence de la dragonne ici, il risquait gros en l'approchant vu sa place et la sienne mais il fallait qu'il lui parle, qu'il la mette en garde contre Gabriel.

Elle ne le croirait sans doute pas mais pourtant il fallait qu'il essaye, il connait le lien entre Eragon et Gabriel et se doute bien que ce dernier sera sceptique aux paroles d'un parjure tel que lui mais il doit essayer.

Si Eragon et Saphira ne veulent rien entendre alors tant pis, il continuerait à agir indépendamment d'eux et resterait fidèla au Surda qu'il a autrefois juré de protéger et servir au péril de sa vie, pas le Surda de Gabriel, le Surda libre tel qu'il a toujours été et qu'il est resté même durant le règne de Galbatorix.

-Kvetha Saphira skulblaka.

-Je viens à toi en ami. Dit-il sincèrement en s'approchant d'elle respectueusement tout en prêtant attention au moindre de ses mouvement.

Il n'était pas capable de survivre dans un combat face à un tel adversaire, il a peur d'elle et ça se voit sans doute dans son regard, il ne cherche pas à le dissimuler parce qu'elle le comprendrait de toutes façons. Il ment certes très bien mais un dragon ne saurait se laisser abuser par un mensonge aussi bien construit soit-il. Il était venu vers elle de son plein gré il n'avait maintenant plus qu'à espérer qu'elle écouterait, il prenait un gros risque certes mais il n'était nullement inconsidéré.

_________________


[Double compte : Arya et Elana]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

EX. Saphira 1

avatar



Féminin
Nb de messages : 11

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Dim 28 Nov - 15:28

{HJ : Désolé pour mon retard, j'ai manqué un peu de temps et d'imagination le Week End dernier. Je ferais en sorte que ça ne se reproduise pas}

    Combien de temps la majestueuse dragonne aux écailles-bleues-brillantes-saphir avait-elle bien pu passé ainsi, à demi-endormi dans l'obscurité croissante qui imposait son long-noir-froid-manteau sur la terre, à ruminé l'ancien temps, à se souvenir des jeux qu'elle avait pu avoir avec son compagnon-d'âme, à se demander ce que lui réservé enfin la rivière-de-sable-blanc-imaginaire-de-l'avenir... et au final, à faire tant de chose qu'elle regréterait un peu plus tard, car tout cela ne lui ressemblait pas du tout. Ce n'était pas dans son instinct de ruminer les évènement du passé, et de s'inquiéter de ce que lui réservé le futur. Saphira était une dragonne, bon sang, et même si son intelligence la tenait éloignée du règne animal, elle vivait plus de sa nature-féroce-sauvage-primitive et de sa voie-guide-intérieur-instinct que les humains, et c'était plus lui qu'elle écoutait que ses propres pensées mélancoliques, comme devrait le faire tout grand-lézard-géant-cracheur-de-feu qui se respecte. Oui, elle regretterait surement de s'être laissée aller comme-ça... mais au fond, pouvait-on vraiment l'en blâmer ? La chasseresse-reptile-ailée vivait, vit et vivra toujours de son instinct, mais depuis ses dernières années, elle n'avait plus tellement eue besoin de lui. Un instinct est toujours là, pour vous guider, pour vous apprendre à agir comme tout les êtres de votre race, mais il est encore plus présent lorsqu'un danger nous guête. Hors, depuis la mort de Galbatorix, plus aucun danger ne semblait guetter la paix de ce pays, et la nouvelle caste des guerrier-bipèdes-chevaucheurs-de-dragon-dragonniers faisait régner une justice qui semblait devoir durer. Elle ne regrettait pas que le roi-félon-briseur-de-nid soit mort, elle ne regrettait pas d'avoir libérer les habitants de ce monde,... ou du moins, elle ne regrettait pas que ça ait été fait, car il ne fallait pas qu'elle se mente à elle-même, ce n'était ni Eragon, ni elle, qui avait mis fin à sa vie-trop-longue-trop-noire, mais un être que tout le monde croyaient mort, sauf elle, qui connaissait la vérité, mais qui par respect pour son ancien ami et par promesse envers lui, gardait le secret. Non, elle ne regrettait pas tout-ça, la seule chose qu'elle regrettait vraiment, c'était tout simplement... l'ancien temps où elle se battait encore, car si on exceptait les entraînements qu'elle prodiguait à sa première-couvée-progéniture et à leurs dragonniers, elle trouvait que sa vie était devenu particulièrement ennuyeuse. Voilà pourquoi la dragonne allait un peu au-delà de son instinct en pensant au passé et à l'avenir... car elle n'avait au fond rien d'autre à faire.
    Peut-être passa-t-elle juste dix minutes ainsi, peut être y passa-t-elle plus d'une heure... le temps-sablier-géant coule très différemment lorsque notre esprit sort de notre corps, on ne le sent pas nous envahir. Tout ce que Saphira savait, c'est que lorsqu'enfin, elle sortit de sa torpeur, la fine ligne-fil-d'or-du-soleil avait totalement disparu et qu'il faisait nuit, et que les muscles de ses pattes arrières commençait à être engourdi par leur inactivité et par la fraîcher-liquide-du-lac. Mais ce n'était pas ça qui l'avait ramené à elle : c'était les infimes, mais qui pour son ouïe fine étaient assez forts pour la réveiller, bruis de pas d'un deux-pattes-aux-oreilles-rondes, qui passé près du Léona. La dragonne posa son regard d'ambre sur cet humain, et lui-aussi l'observa. Elle pensa qu'il allait passé son chemin, comme beaucoup de ses semblables l'aurait fait, effrayé par la vision de ce lézard-géant-puissant-effrayant qui pourtant était le protecteur de son royaume. Aussi, quel ne fut pas sa surprise, lorsqu'elle vit qu'il se tournait vers elle et s'approchait. Oh non, ça n'allait pas encore être un de ces fanatiques-admirateurs-de-dragon, qui passaient leur temps à l'observer sous tout les angles, poussant d'agaçant
    "Oohh... ! Aahh... !". Avant, elle aurait trouvée ça agréable d'être ainsi admirée, mais ces derniers temps, elle ne supportait plus de les entendre jacassé comme des oiseaux-noirs-bruyants-pies autours d'un objet brillant ! Elle s'apprêtait à poussée un puissant grognement, afin de l'effrayer et de lui faire prendre ses jambes à son coup, mais l'humain fut plus rapide qu'elle. Il la salua en ancien langage, utilisant son surnom elfe afin de la nommer, et continua dans sa langue maternelle en lui disant qu'il venait en ami...
    Ce bipède ne réagissait pas comme un fanatique, et encore moins comme un ennemis. Il la craignait, ça se voyait dans son regard, et ça se sentait dans l'air, une vapeur-invisible-odeur-infime de s'échapper de cet être aux cheveux-longs-flamboyants-langues-de-feu. Il était venu jusqu'à elle alors qu'il savait qu'elle pouvait lui arracher la tête d'un simple coup de crocs, le trancher en deux en un seul coup de griffes, l'envoyer en enfer juste en lui soufflant son souffle-ardent-destructeur-venu-du-font-des-âges. Une telle réaction de sa part envers elle ne pouvait signifiait que deux choses : soit c'était un fou suicidaire, soit c'était un messager qui voulait lui parler. En tout les cas, il avait du courage, et Saphira respectait ça. Elle observa longuement ce deux-pattes-à-oreilles-rondes, le détaillant de son oeil d'azur, examinant sa chevelure pourpre, l'expression de son visage encore jeune et charmeur, pour un humain, et surtout, elle tentait, à travers le son regard et sa posture, de comprendre ce qu'il lui voulait. C'était peut être un piège, quelqu'un qui cherchait à la distraire pour mieux s'en prendre à elle... mais s'il tentait de l'attaquer à lui tout seul, il n'avait aucune chance de d’abattre une fille-de-l'air-titan comme elle... les années n'avait pas rendu Saphira moins sûr d'elle et de ses capacités, et elle était toujours restée un peu vantarde... et elle n'avait pas sentit la présence d'autres êtres vivants autours d'eux autres que quelques chauve-souris et d'un renard caché dans les fourrés. La dragonne ne prit cependant pas le risque de lui ouvrir son esprit... elle était sûr-d'elle, pas totalement inconsciente... préférant attendre un peu. Elle ne le lui ouvrirait que si ce qu'il avait à lui dire demandait une réponse et après s'être assuré qu'il n'était pas un tisseur-de-sort-à-travers-les-mots-magicien. Elle lui fit cependant signe d'un clin d'oeil. A travers ce simple signe, elle tentait de lui dire qu'elle avait comprise ce qu'il voulait, et elle l'encourageait à continuer...

_________________

{ = Que le Vent Gonfle Vos Ailes...
... et Que Vos Lames Restent Acérées = }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon Snow

avatar



Masculin
Nb de messages : 22

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Ven 3 Déc - 20:59

(Excuse ma lenteur à répondre, le boulot pleut et j'ai à peine le temps pour le RPG.]

Cross attendit que la dragonne aux écailles de saphir lui fasse signe qu'elle l'écoutait, visiblement elle semblait plutôt encline à l'écouter ce qui le fit sourire discrètement. Ce n'était aucunement un sourire destiné à tromper la vigilance de la dragonne mais bien un sourire sincère, un petit sourire qui vient du fond du coeur de l'homme à la flamboyante chevelure rouge.

-Merci d'accepter d'écouter ce que j'ai à vous dire, je vous promet d'être le plus rapide possible car je pense bien que vous n'avez pas tout le temps de m'écouter.

-Mon nom est Marian Cross, autrefois j'étais un chercher au sein de l'armée du Surda mais j'ai été forcé de m'enfuir.

-Libre à vous de ne pas croire un déserteur tel que moi mais je vous en conjure, écoutez au moins ce que j'ai à vous dire avant d'exécuter votre sentence à mon égard.

-Je suis venu vous mettre en garde contre le disciple de votre dragonnier.

-J'ai en effet de bonnes raisons de penser que tous les deux vous devriez davantage vous méfier du prince Gabriel du Surda.

-Il a essayé de détruire mes travaux c'est cela qui m'a poussé à fuir avec le fruit de mes recherches, de plus j'ai la nette impression qu'il prépare un complot contre la caste des dragonniers exactement l'a fait le traitre Galbatorix en son temps.

-J'imagine bien que les paroles d'un parjure tel que moi n'ont aucun poids contre un dragonnier qui plus est prince du royaume auquel j'ai autrefois prêté serment de fidélité.

-Mais il fallait au moins que j'essaie, que j'essaie de vous avertir de la potentielle manace qui pèse sur votre ordre.

Maintenant qu'il avait délivré son message à Saphira il attendait sa réponse, il ne s'attendait pas à ce qu'elle le croit mais il espérait qu'au moins elle prendrait acte de ses paroles. Si elle souhaitait qu'il l'accompagne jusqu'à la forteresse de la caste il la suivrait sans opposer de résistence, il entreprit de lui signaler ce paramètre également afin qu'elle soit définitivement certaine qu'il n'avait pas l'intention de s'éclipser, de s'en aller aussi vite qu'il est venu et de la laisser aux prises avec ses accusations visant Gabriel, il tenait à rester à sa disposition tant qu'elle ne lui aurait pas permis de se retirer.

-Je suis d'accord pour vous suivre où que vous vouliez que j'aille, je ne vous demande qu'une seule chose en contrepartie.

-Ne laissez pas le prince Gabriel s'approcher de moi parce qu'il me tuera à coup sûr et vous perdrez votre seule source d'information vis à vis de ses activités secrètes.

_________________


[Double compte : Arya et Elana]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

EX. Saphira 1

avatar



Féminin
Nb de messages : 11

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Lun 13 Déc - 13:18

{Je m'excuse aussi, c'est pareil que toi, mon travail m'accapare beaucoup. Vivement les vacances ^^}

    Le deux-pattes-aux-cheveux-de-feu sembla comprendre dans son signe de l'oeil que Saphira acceptait d'écoutée ce qu'il avait de si important à lui dire. D'abords, il la remercia, toujours dans la langue-maternelle-des-sons-des-humains, et lui promit qu'il serait le plus rapide possible, car il se doutait qu'elle n'avait pas forcément le temps de l'écouter... en fait, c'était tout le contraire, en ce moment même, elle n'avait que ça à faire, mais bon, elle ne chercha pas à le contredire. Il se présenta sous le nom de Marian Cross, et lui expliqua qu'il était autrefois chercheur pour les terres-proches-alliées-Surda, mais qu'il avait déserté. Il ajouta qu'elle était libre de ne pas croire un déserteur, mais il la conjurait au moins d'écouter ce qu'il avait à lui dire... ce fut un peu inconsciemment que la dragonne-aux-écailles-brillantes-saphirs laissa échapper un très léger bruit-de-rocailles-grognement de sa gorge. Ce n'était pas une menace, mais un simple signe d'agacement. Il lui avait promit qu'il irait vite, mais elle avait vraiment l'impression qu'il tournait autour du pot, là. Ce qu'elle pouvait détester la manie qu'avaient les humains de toujours discutailler-piailler-parler des plombes et de faire des phrases à rallonge... mais la suite du discoure du dénommé Marian fit tout de suite oublier son agacement à la prédatrice-du-vent. En effet, il accusait le prince Gabriel, un humain qui était son ami, le disciple de son dragonnier, et le compagnon-d'âme-et-d'esprit de sa propre fille, Ganga-aux-écailles-de-neige, d'être un traître, un briseur-de-serment-voleur-d'oeufs, comme l'était le tyran Galbatorix, et qu'il préparait un complot contre la nouvelle Caste des dragonniers. Le choc fut tel pour Saphira qu'elle entendit à peine l'humain lui expliquer qu'il avait dû fuir le Surda parce que, justement, Gabriel avait tenté de détruire le fruit de ses recherche, et qu'il se douté bien que les paroles d'un Parjure n'étaient rien face à un dragonnier et à un prince, mais qu'il fallait absolument qu'il la prévienne de la menace qui planait au dessus de leurs têtes.
    L'oeil d'azur de Saphira, devenu sombre-étincelant-d'agacement, se posa sur le corps frêle du deux-pattes-aux-oreilles-rondes. Elle avait, en effet, beaucoup de mal à croire ce qu'il lui disait. C'était improbable, c'était impossible ! Si l'un des leurs était en train de devenir fou, ils s'en seraient forcément aperçu... étaient-ils aveugles à ce points ? En même temps, les anciens-chevaucheurs-de-dragons l'avaient bien été envers Galbatorix. Et Ganga, son enfant, sa chaire et son sang... si Gabriel voulait prendre le pouvoir, elle serait forcément au courant, et elle l'aiderait... non, ce n'était pas possible. Elle aussi pouvait-elle être une traîtresse ? Les pensées se bousculaient dans sa tête, mais Marian les calma en lui disant qu'il était prêt à la suivre où elle voulait l'emmener, à la condition qu'elle ne laisse pas le prince s'approcher de lui... s'il était prêt à répéter tout-ça devant la Caste entière, se pouvait-il donc qu'il dise la vérité ? Ou alors, il était tout simplement fou... mais il n'en avait pas l'air...
    Saphira se leva, sortant entièrement se l'eau-froide-calme... elle avait des fourmis dans les pattes arrière, mais c'était le cadet de ses soucis... et s'approcha de l'humain. Son museau n'était qu'à quelque centimètre de son nez, à tel point qu'il devait sentir son souffle-chaud-fr-feu. La dragon bleue le sentie, puis tourna autour de lui, le jugeant, l'observant sur tous ses angles. Elle ne fit qu'un tour complet, mais très lent, prenant bien soin de regarder tout ce qui pouvait lui être utile pour en apprendre un peu plus sur le Surdan-Parjure-déserteur, puis lorsqu'elle fut de retour juste en face de lui, elle planta son regard dans le sien, baissa la tête pour être au niveau de la sienne, et enfin libéra son esprit. Elle le laissa sortir de sa tête, tel une rivière qui coule dans le lit d'une rivière, et partir frôler la conscience de Marian... elle fit ça très lentement, préférant pouvoir repartir en arrière en cas d'attaque-psychique-mortelle-fatal, au cas où toute cette histoire n'ait été qu'un piège pour tenter de dominer sa conscience-sauvage-puissante... et, en faisant ça, elle tentait aussi de ne pas envahir celui du bipède. Lorsqu'elle dut quasiment certaine qu'elle ne risqué rien, elle lui répondit, à travers le langage de l'âme, lui injectant ses pensées directement dans sa tête. Saphira était un dragonne, et de ce fait, elle ne possédait pas les cordes vocales pour parler le langage des deux-pattes. Elle ne pouvait communiquer avec lui qu'ainsi, en pensant ce qu'elle avait à dire...


    *"Tes accusations sont très graves, humain, et j'ai en effet de grandes difficultés à te croire. Je connait Gabriel, il à était mon élève, un ami, même... cependant..."* Elle prit le temps de l'observer encore un peu dans les yeux avant de continuer. *"... tu ne semble pas mentir, tu n'en porte ni le masque, ni l'odeur. Et il aurait fallu que tu sois complètement fou pour venir me voir en disant ce genre de chose si tes soupçons n'étaient pas fondés."* Elle releva la tête et regarda les petits-diamants-nocturnes-étoiles. Elle réfléchissait... *"Je ne peux pas te croire sur parole temps que je n'aurais pas reçu la preuve formelle de ce que tu viens de me dire, mais je ferais une bien piètre protectrice de ce royaume si je ne prenais pas cette possible menace au sérieux !"* Elle baissa à nouveau ses yeux vers Marian *"Il serait beaucoup trop dangereux que je t'emmène à la Caste comme ça, car à par tes dires, tu ne m'as rien apporté pour prouvé tes accusations. Tu risquerais d'être accusé de trahison et exécuté. En plus, même si j'empêche Gabriel de t'approcher, il n'est pas à exclure qu'il ait déjà des alliés qui pourront te supprimer à sa place. Je vais retourné auprès de mon dragonnier et lui en parler, et je mènerais mon enquête là-dessus. En attendant, cache-toi, et attend que je prenne contacte avec toi."* Et elle termina en remettant son museau au niveau de la tête du deux-pattes. *"Mais soit sûr d'une chose : si j'apprend que tu m'as menti, je te tuerais moi-même, pas pour avoir proféré ces accusation, mais pour avoir insulté ma fille, la dragonne du prince."*

_________________

{ = Que le Vent Gonfle Vos Ailes...
... et Que Vos Lames Restent Acérées = }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jon Snow

avatar



Masculin
Nb de messages : 22

» Fiche RPG
Relation(s):
Possession(s):
Pouvoir(s):

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   Sam 18 Déc - 10:04

Marian n'eut aucun mal à comprendre à travers le regard de la dragonne aux écailles de saphir qu'elle restait sceptique face à ses accusations portées contre Gabriel, bien sûr il s'était attendu à une réaction comme celle ci de sa part. Il est toujours dur de croire que quelqu'un qu'on connait ou qu'on pense connaitre puisse se révéler être tout autre chose que ce qu'il se prétendait être, et ça l'était sûrement d'autant plus que de telles accusations provenaient de la bouche d'un ancien chercheur devenu un fugitif et un rebelle.

Le regard de l'humain lorsqu'il avait parlé brillait d'une lueur que la puissante dragonne n'avait sans doute eu aucun mal à intercepter, une lueur qui montrait qu'il n'y avait aucune duplicité dans ses paroles, qu'il avait été parfaitement sincère avec elle depuis le moment où il avait ouvert la bouche jusqu'à celui où il l'a fermée. Il sentit l'imposante conscience de son interlocutrice envahir la sienne et se concentra pour ne pas perdre connaissance et écouter attentivement ce que la dragonne lui dirait.

Pour Eragon qui était le dragonnier de Saphira ou pour n'importe quel autre dragonnier ou personne habituée à communiquer avec les dragons ce ne serait rien mais pour lui qui vivait ça pour la première fois ce n'était pas un sentiment agréable, c'était comme si tout son être était livré sans retenue à la grande dragonne. Il soutenait tant bien que mal son regard quand elle croisa le sien pour lui montrer qu'il ne lui cachait absolument rien. Bien sûr qu'elle ne pouvait le croire sur parole, quoi de plus normal après tout quand on connait les liens entre Gabriel et Saphira et le fait qu'il soit le dragonnier que sa fille a choisi.

-J'ai bien conscience de la gravité des accusations que je porte envers cet homme qui fut votre élève mais il fallait que je vous mette en garde contre lui, il n'est pas ce que vous croyez qu'il est.

-Soit, j'attendrai que vous repreniez contact avec moi et jusqu'à ce jour je resterai caché aux yeux de tous, comme si je n'avais jamais existé.

Ces paroles prononcées l'ancien chercheur surdan s'éloigna un peu de la dragonne aux écailles de saphir et s'assit sur un rocher plat non loin de l'endroit où il se trouvait, toujours face à elle et ne fuyant toujours pas son regard, il n'avait rien à lui cacher pourquoi donc la fuir ? Il resta ici en attendant le départ de la dragonne du premier dragonnier de la nouvelle génération.

Une fois qu'elle serait partie il retournerait se cacher à Thorone où personne hormis d'autres rebelles ne pouvaient le trouver, néanmoins un être doté de la sagesse et de la puissance de Saphira n'aurait aucun mal à le retrouver où qu'il se cache. A vrai dire c'était pour cela qu'il avait choisi de lui en parler à elle parce que si quelqu'un pouvait le retrouver où qu'il se cache ça serait bien elle.

_________________


[Double compte : Arya et Elana]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant... {Libre}   

Revenir en haut Aller en bas

Baignade sous le Couchant... {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eragon-Game :: 
CREDIT - ARCHIVES - PARTENAIRES
 :: 
—————— ARCHIVES ——————
 :: ► ARCHIVES DES RP
-